Logo_mairie_paris

ANNA KARÉNINA

Dossier de presse

ANNA KARENINA

du 8 mars au 23 avril 2016

 

 

Pour la première fois sur scène, « Anna Karenina, l’une des héroïnes de roman la plus attachante de tous les temps »  Vladimir NABOKOV

 

 

AVEC

VOIX  : Avec l’amicale participation de FRANCIS HUSTER

ANNA : MATHILDE HENNEKINNE

LÉVINE : ANTOINE CHOLET

KARÉNINE : EMMANUEL DECHARTRE

VRONSKY : FRANÇOIS POURON

KITTY : ELOÏSE AURIA

STIVA :STÉPHANE RONCHEWSKI

DOLLY : ISABELLE ANDREANI

CTESSE VRONSKAYA /AGATHA / PRINCESSE BETSY : SANDRINE L’ARA / CERISE GUY   

LE MAJORDOME / L’INVITE / LA SILHOUETTE : LAURENT LETELLIER

 

 

COSTUMES : DOMINIQUE BORG ASSISTEE D’EVELYNE TROMPIER

LUMIÈRES : ELIAS ATTIG

SCÉNOGRAPHIE: NILS ZAKARIASEN

DISPOSITIF SCÉNIQUE : DIDIER WARIN

MUSIQUE / BANDE SON : PATRICE PEYRIERAS

MISE EN SCÈNE : CERISE GUY

ASSISTANTE : CYRILLE DENANTE

 

REMERCIEMENTS À SOPHIE TELLIER POUR LA CHORÉGRAPHIE ET À ARNAUD MARCEL POUR LE SON

 

LA COMPAGNIE DU PHARE - │ID PRODUCTION │- LE THÉÂTRE ESPACE COLUCHE ET LA VILLE DE

PLAISIR │CORÉALISATION THÉÂTRE 14 -│ AVEC LE SOUTIEN DE L’ADAMI ET DE LA SPEDIDAM

 

 

 


Résumé

Deux histoires parallèles et opposées, mais une même destinée tragique…

Anna Karénina, la femme mariée, choisit de vivre ouvertement sa passion adultère en dépit des ravages qu’elle provoque autour d’elle. Elle en paiera le prix fort… L’ombrageux Lévine, tout aussi épris d’absolu, pour qui le mariage est la source essentielle du bonheur, réalisera que ses obsédants tourments n’en seront pas apaisés…

Ces deux histoires sont résolument modernes parce qu’elles entremêlent la fascination de la mort et la recherche éperdue de l’Amour fou.

 

Adapter Tolstoï

 

J’avais lu ANNA KARENINA dans ma jeunesse et ce chef-d’œuvre était resté gravé dans ma mémoire. Quiconque lit ce roman ne peut l’oublier.

Le génie de TOLSTOÏ réside dans son sens inégalé de la compréhension de l’âme humaine. Il ne juge pas, il montre, il est le témoin de ce qui arrive à ses personnages comme s’il les regardait par le trou de la serrure. Ni double sens, ni sens caché. On le lit sans s’apercevoir qu’on lit. Tout se déroule devant nous… ce qui nous donne la sensation de vivre AVEC tous les personnages. On les suit, on les connaît, on les reconnaît. C’est cette familiarité et cette proximité qui nous bouleversent tant.

Adapter ANNA KARENINA pour la scène me paraissait impossible. Mais j’ai eu la chance de lire la merveilleuse adaptation (saluée unanimement par la critique anglaise) de Helen Edmundson et j’ai tout de suite eu envie d’en faire une version française.

Son grand mérite est de n’avoir pas gommé l’histoire de Lévine (qui constitue la moitié du roman), au profit de celle d’Anna. Anna sans Lévine n’est plus le roman de TOLSTOÏ. Il n’aurait jamais écrit la seule passion funeste d’Anna pour Vronsky, sans la quête d’idéal de Lévine. Personnage moins romanesque certes, mais qui lui oppose sa morale, ses exigences et sa vision du monde à venir, et dans lequel TOLSTOÏ s’est totalement projeté. Anna et Lévine se complètent et constituent un tout indissociable.

Cette pièce, car c’est une pièce de théâtre, conserve les deux pivots de l’œuvre en fidélité à la conception du roman de TOLSTOÏ, ANNA KARENINA, l’un des plus grands chefs- d’œuvre de la littérature mondiale.

 

La première exploitation de la pièce ANNA KARENINA  a été produite par Shared Experience au Tricycle Theatre en 1998

La pièce ANNA KARENINA de Helen Edmundson d’après le roman de Léon Tolstoï est publiée aux éditions Nick Hern Books 1994

L’auteure Helen EDMUNDSON est représentée  dans les pays de langue française par l’agence DRAMA - Suzanne SARQUIER www. Dramaparis.com en accord avec The Agency à Londres

 

 

Mettre en scène

Le théâtre est  le lieu de l’imaginaire, du « faire croire »…

Pour raconter cette fresque qui se déroule sur cinq années, avec le scénographe Niels ZACHARIASEN, nous avons réfléchi à un décor unique. Un praticable, deux bancs et deux panneaux mobiles pour évoquer l’une ou l’autre des habitations des différentes familles (Les Karénine, les Oblonski et les Lévine) et les différents lieux (Saint-Pétersbourg, Moscou, la campagne, les gares, etc.) Peu importe d’ailleurs où ils sont vraiment, ce sont les personnages qui nous intéressent…

Les lumières d’Elias ATTIG nous plongent dans leur intimité, leurs conflits intérieurs et leurs états d’âme. Nous avons pensé aux tableaux de l’époque pour les couleurs et les ambiances. Nous pouvons ainsi suivre les personnages dans leur complexité. Le bonheur ou la désespérance.

Il est difficile d’imaginer ANNA KARENINA sans le faste et la splendeur des costumes portés par l’aristocratie de cette période. Aucune transposition moderne ici. Nous avons trouvé avec Dominique BORG le compromis d’une mode «entre-deux », juste avant que la raideur des mentalités ne disparaisse à l’aube du XXème siècle, plus permissif…

Pour la musique, composée par Patrice PEYRIERAS, je voulais des thèmes répétitifs et sombres afin de souligner le côté obsessionnel des personnages qui sont poursuivis par l’idée de la mort ou par la mort elle-même. Ils s’y complaisent ou ne peuvent pas y échapper. Anna se tue par désespoir et Lévine, bien que finalement marié à la femme de sa vie, tombe peu à peu dans le doute de tout…

TOLSTOÏ, torturé par ses questionnements métaphysiques et exténué, n’a plus jamais écrit un roman de cette ampleur après ANNA KARENINA. Déjà, au seuil de cette « mélancolie », il a ouvert son roman par cette phrase : «les familles heureuses se ressemblent toutes, les familles malheureuses sont malheureuses chacune à leur façon ». Ce sont les malheurs d’Anna, de Karénine, de Dolly, de Lévine, qui nous touchent au cœur, que j’ai voulu traduire sur scène, en restant au plus près de leur poignante intimité.

 

Cerise GUY

Léon TOLSTOÏ : Auteur russe (1828-1910). Il publie sa première œuvre à 24 ans Enfance (une autobiographie romancée) suivie d’Adolescence et Jeunesse. Le succès est immédiat. Puis il publie en 1868 : Guerre et Paix, l’un des romans majeurs de son œuvre. Sa célébrité dépasse les frontières. Suivra Anna Karenina (1877) qui confirmera son rayonnement et son immense notoriété à travers le monde.

Nombre de films ou séries sont adaptés à partir de ces deux chefs-d’œuvre.

 

Distribution

Mathilde Hennekinne est ANNA

Après une formation théâtrale auprès de Francine Walter, Mathilde Hennekinne suit le cursus pluri-disciplinaire de  l’Académie Internationale de  Comédie Musicale sous la  direction de Pierre-Yves Duchesne. Après des débuts en Italie au Théâtre Français de Rome dans une adaptation de Starmania, on peut la voir à Paris dans les comédies musicales Chance !, Alice au Pays des Merveilles ainsi que dans le rôle de la jeune héroïne Anastasia Steel dans la parodie musicale du best-seller 50 nuances de Grey, 50 et des Nuances m.e.s. par Ned Grujic au Palace, ou encore en blonde princesse dans la comédie musicale Raiponce et le prince aventurier m.e.s. par Guillaume Bouchède à l’Espace Pierre Cardin. Elle goûte également à l’opérette sous la direction de Jérôme Savary avec La Périchole à l’Opéra-Comique.

Au théâtre elle travaille sous les directions d’Alain Sachs dans Le Bourgeois Gentilhomme et de Cerise Guy dans la pièce irlandaise Bed and Breakfast au Théâtre 14.

Parallèlement à la scène, Mathilde prête sa voix à des personnages d’animation, entre autres dans les séries Boris et Peanuts.


Antoine Cholet est LÉVINE

C'est au Studio 34, lors de sa formation de comédien qu'il fonde avec ses camarades de promotion la troupe Acte 6. Avec cette compagnie il joue, entre autre, plus de 100 fois le rôle titre de Peer Gynt dans toute la France et l'évêque dans Le Balcon avec Michel Fau au Théâtre Athénée-Louis Jouvet, m.e.s. par Sébastien Rajon. Il participe à la création de plusieurs pièces d'Alexis Ragougneau (Bastringue, Kerguelen). Antoine enchaîne les projets sur scène, à la télé et au cinéma : un prêtre dans la série La Commanderie pour France 3, suivront Les Borgia pour Canal+, Jappeloup au cinéma….

En 2011, il est le fossoyeur dans Hamlet m.e.s. par Jean Luc Revol avec Philippe Torreton à Grignan, qu'il retrouve dans Cyrano de Bergerac m.e.s. par Dominique Pitoiset à l'Odéon en 2014. En 2012 dans La Reine des fous de Benoît Guibert mis en scène par Marie-Aline Cresson, il s’offre le pari d’être seul sur scène.

 

Emmanuel Dechartre est KARENINE (pour les représentations au Théâtre 14)

Il débute à la Comédie Française dans Le Mariage de Figaro (rôle Chérubin), sous la direction de Pierre Dux. Puis il est dirigé par des metteurs en scène tels que, entre autres, M. Tassencourt, J. Meyer, J. Rosny, M. Berto, J. Spiesser, M. Franceschi, G. Vitaly, Fr. Maistre, J. Mauclair, R. Manuel, J. Destoop, J. Danet, J.-L. Jeener, Th. Harcourt, J. Rosner, Y. Pignot, H. Lazarini, J.-R. Garcia… qui lui donneront souvent le bonheur d’interpréter les rôles titres dont Caligula, Lorenzaccio, le Prince Mychkine, le Prince de Hombourg, Chatterton, l’Aiglon, le Curé (dans Le Journal d’un curé de campagne), Cioran, Hamlet, Oscar Wilde, Raskolinkov, Ivanov, Nietzsche… Il a joué à quatre reprises sous la direction de J.-P. Tribout (Une Chaîne anglaise ; Nekrassov ; Le Vicaire, rôle du Pape ; Monsieur Chasse). Jean-Claude Idée l’a déjà mis en scène dans Crime et Châtiment (rôle de Raskolnikov) ; Trois années d’après Tchekhov (rôle de Laptev) ; Démocratie (rôle de Helmut Schmidt) ; Parce que c’était lui de Jean-Claude Idée (rôle de Montaigne).

Il a également travaillé pour le cinéma et la télévision, sous la direction notamment de M. Drach, H. Santiago, P. Cardinal, Cl. Santelli, A. Villiers, J. Kerchbron, J. Rosny, J. Dayan… Il a interprété une centaine de dramatiques pour la radio.

De 1977 à 2011, il a dirigé « Théâtre, Musique et Danse dans la Ville » et, depuis 1991, il est le directeur du Théâtre 14.

 

François Pouron est VRONSKY

Après divers stages et formations auprès de Jean-Laurent Cochet,  François Pouron joue sous sa direction Eurydice de Jean Anouilh au Th. 14 en 2014, puis, en 2015, on a pu le voir dans The Servant m.e.s. de Thierry Harcourt au Th. de Poche.

Parallèlement, il a tourné dans la série de Netflix Marseille un rôle récurrent aux côtés de Benoît Magimel et de Gérard Depardieu (diffusion en mars 2016).

Il tiendra un des rôles principaux du prochain film de Cheyenne Carron, tournage prévu en mai 2016

 

Eloïse Auria est KITTY

Après sa formation au Conservatoire américain de Paris, elle collabore avec Georges Bécot sur de nombreux spectacles dont La Belle au bois dormant (2004) et en 2010 La Faim du loup, spectacle dont elle signe la mise en scène.

Parallèlement elle pratique l’art du clown et suit plusieurs formations et ateliers entre 2003 et 2012. Elle interprète des textes classiques : au Théâtre des Cinq Diamants, Les Caprices de Marianne de Musset, et Celui qui écoutait le cœur de la forêt de Tchekhov (2005, 2006).

Elle travaille pendant de nombreuses années au Théâtre Essaïon dans des spectacles jeune public, comme La Belle et la Bête et Cosette , m.e.s. par Michel Laliberté. En 2006, elle joue dans Les Fourberies de Scapin  m.e.s. par Arnaud Denis (au Lucernaire et au Petit Montparnasse) puis en 2009 dans Les Femmes savantes  (Henriette). En 2012 au Th. de la Tempête dans la création française de Naples Millionnaire ! d’Eduardo de Filippo, m.e.s. par Anne Coutureau et en 2014 dans Dom Juan (Charlotte) m.e.s. par Arnaud Denis. En 2014 elle joue aussi dans Phèdre (Aricie), et en 2015 dans Iphigénie (Eriphile) m.e.s. par Jean-Luc Jeener.

 

Isabelle Andréani est DOLLY

Actrice de Compagnie, elle travaille avec de nombreux metteurs en scène et participe à de belles créations, fidèle pendant de longues années à   Jacques Seiler, et aussi à Clément Poirée ou à Carole Thibaut (2005 à 2010) Théâtre de la Tempête…

On a pu la voir récemment dans des m.e.s. de Xavier Lemaire à Paris et lors des très nombreuses et longues tournées dans  Adam, Eve et Descendance, (Th. Essaïon),  Le Jeu de l’Amour et du Hasard et La Mère confidente de Marivaux, L’Echange de Claudel, (Th. Mouffetard), Qui es-tu Fritz Haber ? de  Claude Cohen (Th. de Poche), Zig Zag de X. Lemaire (création Avignon 2015).

Sans compter qu’elle a écrit et joué pas moins de 420 représentations de La Clef du grenier d’Alfred et reçu le prix Charles Oulmont de la Fondation de France 2008 pour son interprétation.

 

Stéphane Ronchewski est STIVA

Après une formation au  Studio 34, Stéphane Ronchewski joue Labiche, Mirbeau, Hoffmann ou Molière avec des  petites compagnies ou  des Centres Dramatiques Nationaux. En plus  du théâtre, son travail de comédien le conduit dans les studios d'enregistrement où il prête sa voix à des acteurs comme Heath Ledger (The Dark Knight), ou David Tennant (Broadchurch). Cette année, il a joué Oronte dans Le  Misanthrope m.e.s. par Michèle André (Théâtre Actuel, Avignon).

Stéphane   Ronchewski a publié son premier roman en 2013 (Pour Invalides, changer à Opéra, Edition de La Martinière).

 

Sandrine L’Ara est COMTESSE VRONSKAYA/ PRINCESSE BETSY/ AGATHA

Formée  au  Conservatoire  d’Art Dramatique de Lyon (1er prix classique) et chez Mnouchkine, elle est aussi à l’aise dans la commedia dell’Arte (Le Triomphe d’Arlequin direction Carlo Boso), que  dans  le classique  (Dom  Juan m.e.s. Jean Martinez, Andromaque  Roger Louret, Lorenzaccio avec les Tréteaux de France).

Du théâtre classique au théâtre forum et au cabaret, en passant  par le cinéma, sa voix résonne aussi sur les antennes et la télévision.

 

Laurent Letellier est LE MAJORDOME/ L’INVITÉ/ LA SILHOUETTE

Il a suivi les cours du  Conservatoire de Rouen sous la direction de Jean Chevrin. Au théâtre il a joué des textes de Shakespeare, Fassbinder, Rilke, Goldoni, Tchekhov, Aron, Mondoloni, Bauchau, Racine, Sade et a travaillé avec notamment Jean-Claude Penchenat et le Théâtre  du Campagnol,  Jean-Louis Thamin  dont il a été aussi l'assistant sur de nombreux spectacles au Théâtre National de Bordeaux, Thierry Bédart, Anne-Laure Liégeois, Jean-Louis Mercuzot, Jacques Rosny, Benoît Weiler, Tatiana Stepantchenko, ainsi qu'avec Xavier Lemaire.

Au cinéma et à la télévision, il a travaillé avec Kristoff Kieslovski, Barbet Schroeder, Gilles Béhat, Franck Apprédéris, Olivier Marchal, Philippe Triboit.

Il s'est  également formé à l'art de la marionnette qu'il a pratiqué en Russie au Théâtre de Voronej sous la direction de Valery Volkovski et Michel Rosenmann.

 

Cerise  Guy

MISE EN SCENE ET ADAPTATION ET JOUE EN ALTERNANCE AVEC SANDRINE L’ARA

Après  sa formation au Conservatoire. National   Supérieur  e Paris, elle commence une carrière de comédienne au théâtre où elle joue de nombreuses pièces contemporaines et classiques et tourne dans de nombreuses fictions et séries TV.

Elle crée  la Compagnie du  Phare en 2007  et met  en scène  Bed And  Breakfast  de Joe O’Byrne dont  la  création  s’est   faite  au Théâtre de Plaisir en mars 2010 et reprise au Théâtre 14 (adaptation de Cerise Guy). Elle crée Deux Petites Dames Vers Le Nord de Pierre Notte ; création au Festival d’Avignon en  2010  et reprise au Théâtre du Marais en 2011 (co-m.e.s. avec Martine Logier).

Par ailleurs, elle a écrit plusieurs spectacles solo et signé diverses adaptations dont Margot La Ravaudeuse  de Fougeret de Monbron, Si J’étais Diplomate de Rickman et Tiedemann  au Théâtre Tristan Bernard (m.e.s.  Alain Sachs),  La Locandiera  de Goldoni, Théâtre Antoine (m.e.s. Alain  Sachs),  Personne n’est Parfait de Simon Williams au Théâtre  des  Variétés en  2010  et reprise au  Théâtre  des Bouffes Parisiens en 2011 (m.e.s. Alain Sachs).

 

ANNA  KARENINA  A   ETE   CRÉÉE   À   PLAISIR   AU   THÉÂTRE   ESPACE COLUCHE EN SEPTEMBRE 2015 ET À PARIS AU THÉÂTRE 14 EN MARS 2016.

 

représentations les mardis, vendredis et samedis à 20h30, les mercredis et jeudis à 19h

 matinée samedi 16 h - relâche : dimanche et lundi

prix des places : 25 € ;  tarifs réduits : 18 € - lycéens, - 26 ans, chômeurs : 11 €

 

Renseignements et réservations : au théâtre ou par téléphone

au 01 45 45 49 77

du lundi au samedi de 14 h à 18 h

www.theatre14.fr

 

Attachée de presse : Marie-Hélène Brian

01.42.81.35.23 - 06.81.87.70.81  –  mhbrian@orange.fr