Logo_mairie_paris

KEAN

DOSSIER PRESSE

     

Du 9 janvier au 23 février 2018

 

KEAN

de Alexandre DUMAS

 

Adaptation Jean-Paul SARTRE

 

Mise en scène Alain SACHS

 

assisté de Corinne Jahier

 

avec :

 

Alexis Desseaux

Kean

Et, par ordre alphabétique :

Pierre Benoist

le domestique, Peter Patt, Lord Mewill, Darius

Sophie Bouilloux

Elena

Jacques Fontanel

le Comte

Frédéric Gorny

le Prince

Eve Herszfeld

Amy, Fanny, Gidsa

Justine Thibaudat

Anna

Stéphane Titeca

Salomon

 

Décors Sophie JACOB - Costumes Pascale BORDET assistée de Solenne LAFFITTE

Lumières Muriel SACHS - Musique Frédéric BOULARD


KEAN

 

Kean ou Désordre et génie fut une pièce écrite par Alexandre Dumas père pour le célèbre acteur Frédérick Lemaître, et que Jean-Paul Sartre a adapté lors de sa reprise par Pierre Brasseur. Avec un étonnant deal à la clé. En échange d’une adaptation de Sartre de l’œuvre originelle de Dumas, Brasseur s’engagea à créer dans la foulée Le Diable et le Bon Dieu

Kean raconte l'histoire d'un fameux acteur anglais qui triomphe au Théâtre Royal de Drury Lane, et que tout Londres, au début du XIX ème siècle, court acclamer.

Deux femmes l'aiment. La comtesse Elena, épouse de l'ambassadeur du Danemark et Anna Damby, jeune héritière bourgeoise prête à tout devenir auprès de ce débauché, couvert de dettes, ivrogne et coureur de jupons.

Car Kean est avant tout un homme excessif, qui se moque des contingences, laisse la bride à ses passions, se livre avec volupté à l'insolence, à la générosité et au mépris. Toutefois le prince de Galles ne dédaigne pas d'en faire un ami, et de s'encanailler secrètement avec lui à l'occasion. Mais chez Kean l'homme et le comédien se confondent bien souvent...

Est-il en vérité lui-même ou bien les divers personnages qu'il incarne ? Dans quelle mesure Romeo, Hamlet, Othello ne dévorent-ils pas sa personnalité ?

Un soir, submergé par ses passions amoureuses, Kean explose enfin en pleine représentation. A la face du public et du prince de Galles, son rival qui cajole la comtesse Elena dans sa loge, il met son cœur à nu.

 

Note d’intention

On ne cesse de le proclamer partout, Il nous faut de toute urgence, contre vents et marées, continuer à vibrer et à nous amuser.

Voilà qui tombe bien ... Car le Kean de Dumas, c'est ni plus ni moins la quintessence même du Théâtre !

Dans une profusion de couleurs et d'émotions où le comique et le tragique se côtoient sans vergogne, tous les plus grands thèmes y sont abordés. La quête d'absolu, le donjuanisme, le pouvoir, la folie...

Véritable hommage à Shakespeare, Pirandellien bien avant l'heure, il nous offre avant tout une joyeuse et flamboyante variation sur l'art du comédien, autant que de la comédienne, soit dit en passant.

Ainsi, en ces temps si difficiles que nous traversons, comment trouver mieux que ce vibrant plaidoyer célébrant nos ancestrales valeurs ?

Appel enflammé à toutes les résistances, hymne absolu à la liberté, il mêle l'imagination fiévreuse et flamboyante d'un Dumas à l'insolente modernité d'un Sartre, nous proposant de surcroît une puissante réflexion sur l'être et le paraître.

Une véritable mise en abîme, un jeu de miroirs permanent que j'aimerais développer jusqu'à l'extrême en plaçant huit comédiens, trois femmes et cinq hommes, au cœur d'un dispositif un tantinet machiavélique, d'une véritable machine à jouer, en les poussant sans retenue jusqu'à l'ivresse de tous les plaisirs réunis de la scène.

Rappelons-nous ici par ailleurs que la dernière fois que nous avons eu l'occasion d'entendre ce chef-d'œuvre, ce fut avec Jean- Paul Belmondo qui fit son grand retour au théâtre à travers lui, bien avant d'incarner Cyrano, du reste cousin fort peu éloigné de Kean... Il nous restait plus donc qu’à relever le défi !

Alain Sachs


Alain SACHS, le metteur en scène

Plus d’une quarantaine de mises en scène lui ont valu une trentaine de nominations et plusieurs Molière, dont celui du Meilleur Spectacle Musical pour Le Quatuor en 1994, 1998 et 2003, et celui de Meilleur Metteur en scène pour Le Passe muraille de Didier Van Cauwelaert et Michel Legrand avec Francis Perrin en 1997. Parmi celles-ci on peut citer :

Vous êtes mon sujet avec Gérard Darmon, Madame sans Gêne avec Clémentine Célarié, La Femme du Boulanger avec Michel Galabru, Bernadette Lafont et Philippe Caubère, Les Deux Canards avec Isabelle Nanty et Yvan le Bolloc’h, Je m’voyais déjà comédie musicale de Laurent Ruquier, Victor ou les Enfants au pouvoir avec Lorànt Deutsch, Le Bourgeois Gentilhomme avec Jean-Marie Bigard, Le jazz et la Diva avec Caroline Casadesus et Didier Lockwood, La locandiera avec Cristiana Réali et Pierre Cassignard, Accalmies passagères, Mado la Niçoise, La vie Parisienne, Les Noces de Figaro, Un fil à la Patte, Roméo et Juliette…

Il est aussi auteur d’une vingtaine de pièces distinguées par de nombreux prix, chroniqueur à la radio pour les émissions de Daniel Mermet et Laurent Ruquier, auteur aux Guignols de l’info et comédien au théâtre, au cinéma et à la télévision.

Il a également mis en scène deux pièces toujours à l’affiche au Théâtre du Gymnase : La Conversation de Jean d’Ormesson et La Dame de chez Maxim de Georges Feydeau.

LES COMÉDIENS

 

Alexis DESSEAUX, Kean

Alexis Desseaux a tourné dans plus d'une centaine de films, téléfilms et courts métrages, tout en conciliant une riche activité théâtrale: plus d'une cinquantaine de pièces à son actif, sur des textes d'auteurs classiques et contemporains.

Au  théâtre, ces dix dernières années, il s’est illustré dans différentes pièces telles que :

Nuit Blanche (de J.- P. Delpont), Le Choix Des Ames (de S. Titeca), Autopsie De l’Amour (de S. Enriquez), Bistro ! (de S. Audcoeur et M. Piton), News Trottoir (de M. Rodrigues), Don Juan (de Pouchkine), Le Misanthrope (de Molière), Antoine et Cléopâtre (de Shakespeare), Correspondance avec Olga (de Tchekhov)…

Alexis met également régulièrement en scène des spectacles comme : La Bonne Planque (de M. André), Calamity Jane (de S. Deve), Nuit Blanche (de J.P. Delpont), Oz / spectacle de danse (de L.F. Baum), Kicca & Intrigo (concert), Merci Monsieur Bourvil (de Y. Dumont), Madame Butterlight (de V.Genest), Feu La Mère de Madame (de G. Feydeau), Force IX (de S. Norbert), L’Assemblée Des Femmes (d’Aristophane), Le Savoureux Destin de Lydie Buchot (de V. Rouen), Un Joyau dans son écrin (de S. Forte), Buffet froid (de B. Blier)…

Au cinéma, il a tourné, entre autres, dans : Et maintenant nous sommes en vie (réal. T. Arbre), Madeline (réal. D. Meyer), Djib (réal. J. Oudoutan), La Cité de la peur (réal. A. Berberian), On ne choisit pas sa famille (réal. Ch. Caignet et Ch. Garcia), L’Amontillado (réal. C. Gomez De Llarena), Après toi (réal. A. Jubeau et E. Beugnet), La Belle et le vertige (réal. M. Hermet), Séparation (réal. S.Audcoeur), Le Vent l’emportera (réal. C. Tejero), Communicare (réal. L. Lasne), Le Temps d’une comédie (réal. C. Léonil et M. Auffret), Chevelure(s) (réal. S. Botbol), On ne s’ embrasse pas ? (réal. M. Souhaité), L’Habitude (réal. D. Maryczuk), L’Autre (réal. B. Soupey)...

A la télévision, il incarne le commandant Motta dans la série Julie Lescaut sous la direction, entre autres, de C. Huppert, J. Dayan, A. Wermus, E. Rappeneau, D. Janneau, R. Manzor, T. Petit, J.-M. Fages, C. Brandstrom, E. Summer, P. Dallet … Citons également d’autres téléfilms réalisés par W. Crepin ( Sur les quais), A. Wermus (Famille d’accueil), P. Malakian (Joséphine, Ange Gardien), C. Andreï, G.Bannier, T. Guerrier (C’est comme ça),

  1. Helmann (Les Grands frères), A. Lecaye (Chronique d’un juge ordinaire), J.-L. Lorenzi (Une famille pour deux), V. Monnet (Boulevard du Palais), F. Luciani (L’Algérie des chimères), E. Rappeneau (Sapajou contre Sapajou), Y. Boisset (Sam), D. Tabuteau (Docteur Sylvestre), P. Barzman (Cœurs Caraibes), C. Grinberg (Nestor Burma), D. Albert (Paparoff et les loups)…

Alexis est également directeur artistique de la compagnie Cinetheact. Il développe de nombreux projets en écriture et s'implique régulièrement sur plusieurs festivals cinématographiques en soutenant les films d'auteur.


Pierre BENOIST, le domestique, Peter Patt, Lord Mewill, Darius

Pierre Benoist a obtenu le prix du meilleur acteur au Sunscreen film festival de Floride, pour le long métrage The open de Marc Lahore.

En 2018, il est mis en scène par Jean-Philippe Daguerre dans L’Avare et Les Fourberies de Scapin (nomination Molière, meilleure pièce jeune public) . Il joue dans Les Justes d’Albert Camus (m. en sc. Régis Flores) et présente au festival off d’Avignon 2018, une création Dom Juan, le songe de Sganarelle.

Auparavant il a joué dans Naples millionnaire d’Eduardo de Filippo (m. en sc. A. Coutureau), La Locandiera de C. Goldoni, Le Premier de I. Horowitz,

Au cinéma, il a tourné dans À bout portant, Méa culpa et Radin (réal. Fred Cavayé), 12 ans d âge (réal. Fred Proust).

A la télévision, Pierre Benoist a travaillé avec des réalisateurs tels que Philippe Haïm dans En immersion, Charlotte Brandstorm dans Le Crime de l’art, saison 1.

 

 

Sophie BOUILLOUX, Elena

Sophie Bouilloux a été formée par Julien Bertheau de la Comédie-Française ainsi que par Ada d’Albon et Lorenziu Azimioara du Théâtre National de Bucarest.

Au théâtre, elle joue ensuite sous la direction de Jacques Mauclair (L’Ile des esclaves de Marivaux, La Comédie sans titre de I. Svevo), Gildas Bourdet (Le Jardin des apparences de V. Olmi, Les Jumeaux vénitiens de C. Goldoni, La Bonne Ame de Se Tchouan de B. Brecht, Les Fausses confidences de Marivaux), Charles Tordjman (Adam et Eve de Boulgakov), Jean-Luc Moreau (Les Belles-Sœurs de E. Assous), Patrice Kerbrat (La Chatte sur un toit brûlant de T. Williams), Ladislas Chollat (Le Père de Fl. Zeller, Harold et Maud de C. Higgins, Le Mariage de Figaro de Beaumarchais)…

Elle tourne régulièrement pour la télévision et travaille également pour France Culture et France Inter.

Sophie vient de terminer la tournée de Amphitryon de Molière sous la direction de Stéphanie Tesson et retrouve ici Alain Sachs qui l’avait dirigée dans La Locandiera de G. Goldoni aux côtés de Cristiana Reali, José Paul et Pierre Cassignard.

 

Jacques FONTANEL, le Comte

Il débute au théâtre dans Amphitryon 38 de Jean Giraudoux mis en scène par Jean-Laurent Cochet, sous la direction de qui il jouera également L’Intoxe de Françoise Dorin au Théâtre des Variétés. Au Théâtre du Palais-Royal, il était dans Un fil à la patte de G. Feydeau (m. en sc. Pierre Mondy) et dans Les Affaires sont les Affaires d’Octave Mirbeau (m. en sc. Régis Santon). Stéphane Hillel l’a dirigé dans Amadeus au Théâtre de Paris ; Christophe Lidon dans L’Alouette de J. Anouilh, Le Misanthrope de Molière, La Trilogie de la villégiature de C. Goldoni, L ‘Œuf de F. Marceau ; Jean -Paul Tribout dans Nekrassov de J.-P. Sartre, Zoo ou l’Assassin philanthrope de Vercors. José Paul l’a mis en scène dans La Garçonnière de B. Wilder, adapt. G. Sybleyras ; Les Esprits superficiels ; Sacrés monstres. Il jouera dans Irma la douce (A. Breffort & M. Monnot, m. en sc. Nicolas Briançon), dans Je t’aime (S. Guitry, m. en sc. Eric-Gaston Lorvoire), dans L’Inspecteur Whaff (T. Stoppard, m. en sc. Jean-Luc Revol). Il a travaillé également sous la direction de Jean-Claude Brialy, Andonis Voyoucas, G. Shelley, A. Bourseiller, M. Lesage, O. Medicus, F. Seigner…

Au cinéma, Jacques Fontanel tourne avec Fl. Quentin (Bonne pomme), L. Besson (Malavita ), D. Bourdon/B. Campan (Les Rois mages), M. Ronet (Bartleby l’écrivain) et à la télévision ces dernières années sous la direction de Z. Doueiri (Baron noir), Ch. Bonnet (Meurtres à Notre-Dame de Rouen ; Boulevard du Palais : Les liens du sang ; Julie Lescaut : L’Aveu ; Empreintes criminelles) . De nombreux réalisateurs ont fait appel à Jacques dont Ch. Lamotte, E. Summer, L. Heynemann, J.-M. Seban, B. Mokrani, G. Vergez,…

 

Frédéric GORNY, le Prince

Au théâtre, Frédéric Gorny a joué dans Station Etoile (m. en sc. Isabelle Faillard), Le Journald’Anne Frank (m. en sc. Pierre Franck). Il s’est mis en scène à plusieurs reprises (L’Initiation ; La Culotte de J. Anouilh ; Et si Dieu existait).

Au cinéma, Frédéric a été dirigé par de nombreux réalisateurs tels que A. Sadowski (Dernier nuage à gauche), N. Cuche (Prêt à tout), N. Brossette (10 jours en or), C. Mennegun (Louise Wimmer), G. Guerrieri (Fin de règne), S. Nebbou, J.- P. Ameris, O. Ducastel, J. Martineau, B. Favre, N. Alpi, E. Bilal… Il a été nommé au César 1995 dans la catégorie « Jeune espoir » pour son interprétation dans Les Roseaux sauvages (réal. A. Téchiné).

Frédéric est surtout connu pour son rôle important dans la série télévisée Avocats et Associés (1998-2010) où il incarne Laurent Zelder, fils héritier du cabinet d'avocats. Il ne cesse de tourner également pour la télévision sous la direction de D. Bivel (D’un monde à l’autre), V. Giovanni/P. Gantelmi d’Ille/J. Zidi/A. Isker (Chérif , série dans laquelle il a un rôle récurrent), D. Albert (Camping Paradis « Dancing camping »), O. Barma (La Smala s’en mêle), D. Lemoine (SR « Noces de sang »), F. Benhammou (VDM ), A. Villiers (Le Sang de la vigne « Mission à Pessac »). Il a également été dirigé par A. Lecaye, Ph. Venault, J. Otmeszguine, D. Delaître, B. Mokrani, B. Garcia, Cl. de la Rochefoucault… Il a participé à de nombreux courts métrages dont les plus récents Rocambolesque et Une simple formalité (réal. L. Nicoloff), Les Pas d’Antigone (réal. V. Estrem-Monjouste), Je gagne à être connu (saison 2, ep. 5, réal. C. Villenave), El Negro (réal. Y. Privat), Tiroir-caisse (réal. G. Camy), Ce chien couché à ses pieds (réal. Ch. Delahaye), Des goûts et des douleurs (réal. M. Ory)…


Eve HERSZFELD, Amy, Fanny, Gidsa

Eve aborde la comédie à la télévision dans Plaisir de nuire, joie de décevoir ou Scènes de ménage . Elle est une femme violente dans Impuissant de Karine Lima, court métrage sur les hommes battus. C’est le rôle de Marianne, femme blessée dans le moyen métrage Regardez-moi de Marc-Henri Dufresne qui lui vaut un prix d’interprétation.

Formée au cours Florent, elle y rencontre Aude Ollier qui la dirige au théâtre dans Les Reines de Normand Chaurette où elle interprète la cruelle duchesse d’York. Elle apprend le chant lyrique pour Un cri un silence, pièce de Mathieu Beurton.

Eve se partage entre comédie : Le Nid du rossignol de Fabrice Greillot et drame : Les enfants de la honte de Catherine Courel Locicero, Le Songe de Strindberg ou, résistante déportée dans De tant d’horreurs mon cœur devint immense d’Isabelle Lauriou. Elle a également joué dans Polluair de Corinne Aubert, Alice de Lewis Carroll, Filoup et Ratou de Mathieu Beurton, Obèse de Antoine Jaccoud, Orfeo de A. Striggio, Ohne de Dominique Wittorski, Il était un soir de A. Mourier/A. Texier..

 

Justine THIBAUDAT, Anna

Justine Thibaudat a passé son enfance en Guadeloupe et son adolescence dans les Alpes Maritimes. A l’âge de 13 ans, elle fait ses premiers pas sur scène dans 8 Femmes de R. Thomas. Elle intègre le Studio 13 à Cannes et participe à la semaine Gérard Philipe. À 19 ans elle poursuit ses études dans l’animation socioculturelle à l’université Descartes à Paris puis continue en parallèle sa formation de théâtre aux ateliers Thierry Hamon pendant deux ans. Elle y joua Un Tramway nommé Désir de T. Williams et Music-Hall de J.-L. Lagarce.

Elle débute sa carrière au théâtre et à la télévision et décroche en 2013 le rôle de Thérèse de Lisieux dans un seul en scène joué en tournée en France, à New York, Montréal et Vienne. Elle est cette même année choisie comme héroïne dans la trilogie Secret de Antoine Besson. En 2015 elle se perfectionne en suivant les ateliers de training du Studio Pygmalion et suit régulièrement des stages de coaching. Elle joue pour la télévision dans Commissaire Magellan et dans une pièce de D. Van Cauwelaert Vous êtes mon sujet en direct sur France 2 (m. en sc. Alain Sachs). L’année suivante elle joue dans la comédie Cuisine Diplomatique au festival d’Avignon, et tourne dans la saison 5 de la série policière CHERIF sur France 3. Au cinéma après avoir tourné dans une vingtaine de courts métrages, elle se lance dans la réalisation et coréalise avec Antoine Besson le court métrage Les Ailes du passé dans la sélection du Short Film Corner 2016 ainsi que Je suis Bergamote pour le Nikon Festival 2017. Début 2017, elle incarne Marianne dans Les Caprices de Marianne au Ciné 13 Théâtre et dans ce même théâtre est repérée par André Oumanski qui lui offre le rôle de Célimène dans Le Misanthrope de Molière. Elle tourne ensuite dans Sans Mensonges de Tom Villa sur C8. On l'a retrouvera prochainement dans la saison 5 de la série NINA sur France 2.

 

Stéphane TITECA, Salomon

Stéphane Titeca est auteur et comédien, formé au conservatoire de région de Tours, puis et surtout par Jean-Laurent Cochet qui lui apprend toutes les subtilités de cet art. Il joue les plus grands du répertoire, Molière, Guitry, Courteline… mais aussi ses propres textes comme Le Choix des âmes pour lequel il a remporté comme auteur le Grand Prix du Théâtre en 2015 et qui a triomphé à Avignon en 2016 et 2017 . Stéphane Titeca a écrit une trentaine de pièces. Metteur en scène, il a monté bon nombre de textes classiques et contemporains… Parallèlement, il a fondé, en 2012, la Tite compagnie qu’il dirige depuis, compagnie avec laquelle il joue Hippocrte le pirate, Bouh le loup, Mauvais esprit, Le Fantastique Mc Cormick… et qui créera à Avignon en 2019 sa dernière pièce Les dents du peigne.

 

Les maquettes des costumes sont de Pascale Bordet


Représentations :

mardi, vendredi, samedi à 20h30 – mercredi et jeudi à 19h - matinée samedi à 16h représentation supplémentaire lundi 11 février à 19h Relâches dimanche et lundi

 

Prix des places : 25 € ; tarifs réduits : 18 € ;

lycéens, - 26 ans, chômeurs : 11 € sauf samedi 16h : 16 €

Renseignements et réservations : au théâtre ou par téléphone au 01 45 45 49 77

du lundi au samedi de 14 h à 18 h - www.theatre14.fr

 

production BA Production – en coréalisation avec le Théâtre 14

 

Attachée de presse : Marie-Hélène Brian

01.42.81.35.23 - 06.81.87.70.81 – mhbrian@orange