Logo_mairie_paris

L'AVARE

du 14 novembre au 31 décembre 2017

Un jardin. Pas les jardins de Versailles avec la féerie des eaux. Pas le jardin d’Eden, ni ceux, suspendus, de Babylone. Un jardin d’herbes amères, de mauvaises herbes où gît un trésor gardé par un dragon : « Harpadragon » tapi sur sa cassette. Dans ce jardin hanté par des ombres, balayé par des vents violents, Harpagon rôde, entouré de personnages-insectes qui se terrent, fuient sa présence, se cachent sous les mousses, comme ses personnages-animaux chers à Kafka ou plus encore à Bruno Schulz, dont Tadeusz Kantor nous a fait découvrir l’univers dans les années 70. Un bestiaire grotesque et un peu angoissant. Mais il y a aussi bien sûr de la comédie dans l’Avare, un rire à la fois jubilatoire et grinçant, d’où la nécessité d’allier la violence des passions exprimées à la farce pure, source du prodigieux comique moliéresque.                                   

Frédérique et Henri Lazarini            

Henri et Frédérique Lazarini m’ont demandé d’incarner le rôle d’Harpagon dans L’Avare, mes pensées vont à Georges Chamarat, l’Harpagon mythique de la Comédie française qui fut mon professeur au Conservatoire et avec lequel j’eus la chance de jouer Cléante, son fils dans L’Avare.

Mes pensées vont également à Jacques Mauclair mon metteur en scène dans L’Idiot et Le Prince de Hombourg et à qui je conseillai de jouer L’Avare, ce qu’il fit…il eut le Molière et je pense à Jean Vilar, magnifique Harpagon.     Emmanuel Dechartre

Représentations : Lundi, mercredi et jeudi à 19h, mardi, vendredi à 20h30, matinée samedi à 16h

Relâches exceptionnelles lundi 4, vendredi 8 et  lundi 25 décembre 2017

Représentation exceptionnelle dimanche 31 décembre à 20h30

 

Réservations à partir du 6 novembre 2017 au 01 45 45 49 77 du lundi au samedi de 14h à 18h00

Resa L avare